Le Carnet Orange

Carnet de voyage, attrape-rêves, à spirales, bleu, parfois orange, grimoire, autel des sacrifices, feuilles volantes, capturées et aplanies

Empreintes

Voilà. Comme je le disais, certains changent de coupe de cheveux, moi je change de site web. Enfin, cette fois-ci, j’avais pas envie d’une métamorphose radicale, juste de faire le tri, et de repartir sur de nouvelles bases.

Un carnet, par définition, ça arrive à court de pages. J’aime tout ce que j’ai écrit ici, mais j’ai pas envie de me sentir limitée. Or, est arrivé un moment où j’ai eu l’impression que je devais poster quelque chose qui rentre dans une des catégories que j’avais prédéfinies.

Ce carnet est vieux, il est même passé par la case blogger. Il s’appelait Outside the box, je l’ai ouvert à l’époque où Mathias et moi sommes partis à Québec. Il y a sept ans !

Une partie des archives ne vous était déjà plus visible, même si elle est encore en ligne. Elle me pesait, pourtant, à moi : j’aime tout ce que j’ai écrit, mais je n’ai pas envie d’écrire sous l’égide d’anciens récits, ni de me demander si je tiens une ligne éditoriale cohérente. Tout carnet est voué à se voir relégué au fond d’un tiroir, sitôt achevé.

Internet nous promet l’éternité, mais c’est un leurre ; autant que l’est ma manie des recommencements. En revanche, je ne veux pas demeurer prisonnière d’un blog que j’aurais conçu à mon image. À mon image, oui, mais celle-ci est aussi fluctuante que mon intérieur : à défaut de tout dire, je m’efforce à l’honnêteté ; arrive nécessairement un moment où le portrait de la jeune fille ne reflète en rien la femme. Pas qu’il y ait rupture, non, rien d’aussi brutal que les renaissances que j’espérais à dix-huit ans. Mais comme je le disais, mes antécédents me pèsent : je ne les renie pas, mais je n’ai pas envie pour autant de m’enfoncer dans leurs empreintes.

 

M’enfoncer dans leurs empreintes : comme si le passé me devançait.

 

Je veux retrouver le sens du Carnet Orange : pas tout dire, mais le faire avec plaisir et spontanément.

 

Ne voyez là aucun ras-le-bol : quand je n’ai pas eu envie d’écrire, je ne l’ai pas fait. C’est juste que je me sens limitée, comme si j’avais décidé que ma façade publique devait se borner à « Bonjour, je suis professeur de français. »

Et j’ai l’impression, en conséquence, de m’être pas mal débattue avec cette image publique : genre, maintenant que j’ai dit que j’étais prof, n’ai-je pas une réputation à tenir ? Ça me saoule un peu de m’être préoccupée de ça, d’autant que ce site n’a pas vocation à me tenir lieu de CV. Je ne sais pas pourquoi il m’a paru important/utile à un moment d’en faire le support d’expression public de Nathalie, potentiellement votre collègue, parente, alliée au conseil de classe (si vous êtes, je sais pas, parent délégué).

 

Aussi, j’ai modifié ma manière d’écrire, pas beaucoup (j’ai continué de faire des phrases trop longues pour Yoast, le widget-shérif qui tente autant de faire respecter la loi que d’imposer la sienne.) Mais j’avais quand même en tête des idées de référencement. Ça m’a frappée surtout quand j’ai testé un retour à l’écrit non publié (j’en reparlerai ailleurs) : j’ai ressenti une grande liberté, de ton et de forme, alors même que j’ai su très vite que j’allais publier ces textes à un moment. Simplement, je n’étais obnubilée ni par l’obligation d’avoir un sujet particulier, ni par les mots-clefs qui devraient le rendre bien évident. Je ne pensais pas que, par-dessus le marché, ce serait bien de trouver des images pour illustrer, parce que les gens ils aiment quand c’est aéré.

J’ai passé toutes mes archives en « brouillon ». Je n’ai évidemment pas l’intention de m’en débarrasser, mais je me demande encore si quelques billets choisis ne redeviendront pas publics. Puis je pense republier quelques petits trucs pédagogiques, dans une page dédiée. Je sais pas, on verra.

 

Comme vous avez dû vous en apercevoir, la liste de liens, à droite, ne fonctionne pas. On y travaille :) Et, je sais pas si chez vous c’est pareil, mais moi je dois sans arrêt vider le cache de Chrome pour contempler le résultat de mes modifs.

 

Billet précédent : | Billet suivant :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Coups de coeur

Lecture aléatoire

Billets par thèmes

En ce moment

Le digne chat de ses maîtres