Le Carnet Orange

Carnet de voyage, attrape-rêves, à spirales, bleu, parfois orange, grimoire, autel des sacrifices, feuilles volantes, capturées et aplanies

Septembre

Revoilà septembre et je ne sais pourquoi, cette année les matins sont hantés, réminiscences mordorées, clartés fauves, qui donnent envie de paresser au lit comme si c’était décembre et l’odeur du sapin. Mêmes les ciels argentés des jours plus tristes semblent répondre à l’immensité de la mer, qu’ils reproduisent en moutonnements d’écume et aplats perle, infusés d’un trait de gel, promesse d’octobre, de la glace à venir qui irise les derniers feux de l’été. Passé, présent et futur entremêlés dans un seul mois, septembre en attendant, septembre en se souvenant, septembre alangui comme un chat aux yeux pers entre les coussins gris.

baie de Paimpol

J’ai envie d’écrire dans le carnet orange – le vrai –, de ramasser des feuilles mortes et des marrons comme lorsqu’on avait « plein air » les vendredis après-midi dans le parc du château à Rambouillet, j’ai envie de boire du thé lovée sur la méridienne, entourée – protégée – par mes remparts de livres, les bibliothèques à l’assaut des rêves, araignées graciles aux coins des murs, pelotonnée dans mon petit théâtre or.

baie de Paimpol

J’ai envie de revoir tout X-Files, j’ai envie de me remettre à écrire mon roman (pas celui dont j’avais parlé ici mais un autre, une histoire de succube en mission, un mélange saugrenu d’histoire de l’art, de mythologie infernale et d’humour léger), j’ai envie de porter mes souliers rouges (comme Gerda) et de rouler vers la mer.

J’ai envie de vous parler de Sanary, de ce voyage en Italie, des traboules lyonnais, de Guingamp sous la pluie.

arc en ciel

ciel

crépuscule

Et les parquets qui grincent de ce nouveau collège, les petites salles de classe qu’on s’approprie, les étagères à monter au fond pour y empiler des livres, les nouvelles de Poe, Gautier ou Maupassant à déchiffrer patiemment, la grammaire récitée, les espoirs à inscrire sur le ciel vierge.

C’est septembre, alors j’ai accroché des reflets roux dans mes cheveux, mis du rouge sur mes ongles, arrimé l’ambre à mon doigt, puis je me suis remise en route, un calepin glissé dans la poche et les écouteurs vissés aux oreilles.

 

Billet précédent : | Billet suivant :


5 réponses à “Septembre”

  1. Eliness dit :

    L’arrivée de l’automne est toujours comme une renaissance pour moi – synonyme de retrouvailles avec moi-même, de moments apaisants et enveloppants tels que ceux que tu décris. J’aime la douce mélancolie qui se dégage de ton texte et des images qui l’accompagnent… Tout comme QNTAL, qui retrouve souvent sa place dans mon baladeur en cette période de l’année :)

  2. […] songe avec nostalgie à septembre 2015 parée de ses voiles argentés, à sa langueur post-amoureuse. Cette année, les nuages se sont […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coups de coeur

Lecture aléatoire

Billets par thèmes

5 liens au hasard