Le Carnet Orange

Carnet de voyage, attrape-rêves, à spirales, bleu, parfois orange, grimoire, autel des sacrifices, feuilles volantes, capturées et aplanies

Les livres du siècle (un palmarès très ethnocentré)

Je cherchais un quelconque palmarès ou défi lecture à me mettre sous la dent quand je suis (re?)tombée sur la liste, établie il y a presque dix ans par les lecteurs, et présentée par Beigbeder dans un inventaire. Comme j’ai boudé presque l’intégralité des œuvres au programme depuis mon entrée au collège – à l’exception de celles présentées par Madame Renault, ma merveilleuse prof de première L -, ma culture littéraire est lacunaire et relativement incohérente. Du coup, j’ai bien envie de l’explorer, cette liste, et de vous la présenter assortie de commentaires (quand j’en ai). Peut-être me ferez-vous changer d’avis sur mes quelques “non, ça, jamais” ?

Top 50 des livres du siècle – En gras, ceuxs que j’ai déjà lus

1. L’étranger d’Albert Camus. J’étais très (trop) jeune. J’ai eu la sensation d’être partiellement passée à côté du roman, j’ai même fait des recherches pour essayer d’en comprendre mieux les enjeux. Il fait déjà partie de ma pile à relire, ce serait une bonne occasion !

2. À la recherche du temps perdu de Marcel Proust. Je sais qu’il faut que je m’y mette… Le prof qui nous a assené, en première année de Lettres Modernes, que nous n’avions rien à faire là si nous ne l’avions pas encore lu n’a pas contribué à me faire me jeter dessus…

3. Le procès de Franz Kafka. J’ai quelques réticences à lire Kafka… Je n’aime pas trop le style (j’ai lu des extraits de La métamorphose – ça c’est une vraie littéraire ! “J’ai lu des extraits” huhu) et je ne suis pas sûre d’être très en phase avec son cynisme morbide.

4. Le petit prince d’Antoine de Saint Exupéry. Pfff. “Dit le Petit Prince”, “dit le renard”, “répondit le Petit Prince”… J’ai toujours eu l’impression que même un bête conte de fées était mieux écrit et l’engouement autour de ce bouquin me fait le même effet que celui autour d’Amélie Poulain. Tous ces bons sentiments ne m’attirent pas, mais alors pas du tout…

5. La condition humaine d’André Malraux. C’est pas méga-tentant vu comme ça…

6. Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline. Pareil, c’est la noirceur absolue qui semble se dégager du bouquin qui me rebute… En revanche je ne peux qu’admirer la richesse de la langue : Céline fournit à lui seul la moitié des exemples de figures de style dans mes manuels !

7. Les raisins de la colère de John Steinbeck. Ayant dévoré À l’est d’Eden, celui-ci me tente bien, beaucoup plus que Des souris et des hommes, en tout cas.

8. Pour qui sonne le glas d’Ernest Hemingway. J’ai adoré Le vieil homme et la mer l’année dernière, et c’est un titre super chouette, rapport à ma passion pour Hell’s Bells.

9. Le grand Meaulnes d’Alain-Fournier. Je l’avais découvert à 15 ans et il m’avait laissé une impression incomparable. Je l’ai relu cette année et c’est toujours un coup de cœur. Un roman dans lequel se blottir, pourvoyeur d’une nostalgie sans objet mais parée de toutes les couleurs de l’automne.

10. L’écume des jours de Boris Vian. Je ne pense pas que je vais aimer, j’avais commencé, il y a longtemps.

11. Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir. Il serait temps ! Je ne lis pas d’essai si je n’y suis pas obligée, d’habitude, mais puisque j’avais tellement aimé Les mémoires d’une jeune fille rangée, pourquoi pas ?

12. En attendant Godot de Samuel Beckett. Personne n’a envie de lire l’histoire de types qui attendent, enfin ! Encore moins quand lesdits types s’appellent Vladimir et Estragon…

13. L’être et le néant de Jean-Paul Sartre. Je mets à moitié en gras parce que j’avais commencé, à dix-neuf ans, mais tout ce dont je me souviens c’est que c’est très, très, trèèèès compliqué. (Ça me fait penser à cette VDM d’un libraire à qui une mère demande “d’abord le Rouge parce que ma fille n’est pas une grande lectrice. On verra après pour Le noir“…)

14. Le nom de la rose d’Umberto Eco.

15. L’archipel du Goulag d’Alexandre Soljenitsyne. Vraiment pas tentant.

16. Paroles de Jacques Prévert. Mouais, bon, Prévert… On le lit en primaire, est-ce la peine d’y revenir ?

17. Alcools de Guillaume Apollinaire. Mouais.

18. Le lotus bleu d’Hergé. Un chef d’œuvre ? Pour moi c’est juste un Tintin m’enfin bon.

19. Journal d’Anne Frank.

20. Tristes tropiques de Claude Lévi-Strauss. J’avais bien avancé mais je crois que je n’en pouvais plus, des lectures universitaires.

21. Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley. Mathias ne cesse de m’en parler, il est plus que temps !

22. 1984 de George Orwell. Lu en… seconde ? Je m’en souviens peu, même s’il m’a beaucoup marquée. À relire !

23. Astérix le gaulois de Goscinny et Uderzo. Je trouve ça quand même un peu difficile de justifier la présence d’un Astérix à côté d’un Orwell…

24. La cantatrice chauve d’Eugène Ionesco. Je crois bien que je l’ai vu jouer et c’est comme Beckett, ça aurait plutôt tendance à me faire fuir.

25. Trois essais sur la théorie sexuelle de Sigmund Freud. J’ai lu un bouquin de Freud, mais je ne saurais dire si c’était celui-là.

26. L’œuvre au noir de Marguerite Yourcenar. J’en ai très laborieusement lu une trentaine de pages… Je ne crois pas être capable d’en faire davantage.

27. Lolita de Vladimir Nabokov. Il me fait de l’oeil depuis qu’il a rejoint notre bibliothèque commune, après que nous ayons récupéré les livres de Mathias.

28. Ulysse de James Joyce. NON. Si quelqu’un peut me prouver qu’il s’agit d’autre chose qu’une œuvre absolument imbitable sur laquelle les universitaires aiment se branler, je suis tout ouïe.

29. Le désert des Tartares de Dino Buzzati.

30. Les faux-monnayeurs d’André Gide. Pas un titre super engageant mais d’après mon père, c’est génial.

31. Le hussard sur le toit de Jean Giono. Parce que c’est Giono et que cet écrivain m’intrigue, j’essaierai bien.

32. Belle du seigneur d’Albert Cohen. Je triche un peu en le mettant en gras parce que je ne l’ai jamais fini. Et je ne le finirai jamais. Paraît que c’est un magnifique roman d’amour. Moi, je me souviens d’une greluche qui prend des bains et se parfume pendant 500 pages parce que le quotidien anéantirait à coup sûr la passion des amants, s’ils se voyaient “au naturel”. C’est d’un ennui…

33. Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez.

34. Le bruit et la fureur de William Faulkner. Un titre qui me sied bien !

35. Thérèse Desqueyroux de François Mauriac. Ah zut, je l’avais mis en gras, mais c’est la suite que j’ai lue !

36. Zazie dans le métro de Raymond Queneau.

37. La confusion des sentiments de Stefan Zweig.

38. Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell. J’avais dévoré cette fresque historique, en dépit de la vive antipathie que m’inspirait Scarlett. C’est une pétasse, mais sa détermination m’avait impressionnée.

39. L’amant de Lady Chatterley de D. H. Lawrence.

40. La montagne magique de Thomas Mann.

41. Bonjour tristesse de Françoise Sagan. Première rencontre avec Sagan, premier coup de foudre.

42. Le silence de la mer de Vercors.

43. La vie mode d’emploi de Georges Perec

44. Le chien des Baskerville d’Arthur Conan Doyle. À une période, j’ai lu plein de Doyle, mais pas celui-là, damn !

45. Sous le soleil de Satan de Georges Bernanos.

46. Gatsby le magnifique de Francis Scott Fitzgerald. Hum…

47. La plaisanterie de Milan Kundera.

48. Le mépris d’Alberto Moravia.

49. Le meurtre de Roger Ackroyd d’Agatha Christie. Mon tout premier Christie !!

50. Nadja d’André Breton.

 

Y’a du boulot…

Et vous ? Lesquels avez-vous lu ? Lesquels me recommanderiez-vous ?

 

Billet précédent : | Billet suivant :


2 réponses à “Les livres du siècle (un palmarès très ethnocentré)”

  1. Maloriel dit :

    Ah zut voilà un sujet trop intéressant qui me détourne de mon boulot pour répondre :D
    Alors j’en ai lu quelques-uns dans le tas, donc j’y vais de mon petit commentaire :

    – J’ai lu le premier et le dernier livre de La Recherche, Du côté de chez Swann et Le temps retrouvé. Ça m’a suffi. Y a des tas de trucs chiants. MAIS y a aussi des passages d’une beauté à couper le souffle. Perso, je milite pour un “best-of” de la Recherche, mais j’ai pas envie de filer des crises cardiaques aux conservateurs de tout bord :D C’est intéressant de lire le premier et le dernier, parce qu’en filigrane c’est aussi le récit de la naissance d’un écrivain, en fait. Et ce parcours est vraiment intéressant, pour le coup.

    – Je n’aurais jamais aimé Le Procès sans mon prof de littérature de terminale. Mais au final c’était une découverte marquante. Si ça te rebute, commence peut-être par regarder l’adaptation de Orson Welles du même nom. Elle est géniale et pourra peut-être te donner envie :)

    – Voyage au bout de la nuit, c’est un livre qui m’a énormément marquée, d’un point de vue littéraire, et humain aussi, tellement c’est poisseux de misanthropie. Pas facile à lire, mais pour moi un grand bouquin.

    – En attendant Godot, je ne m’en souviens pas très bien mais j’avais plutôt bien aimé en fait ! Et puis c’est du théâtre ça se lit vite ;)

    – J’ai pas lu Le Nom de la rose, a priori il est plus “narratif” (c’est une enquête policière chez les moines) que Le Pendule de Foucault. Et c’est pas que j’ai pas aimé le Pendule, mais c’est un bouquin d’érudit et quand on n’est pas érudit… c’est un peu chaud.

    – Le Meilleur des mondes : Faut que je le relise en anglais. Le fond est plutôt passionnant. La forme… Très franchement, je me suis ennuyée. Et c’est chaud pour la trad car c’est bourré de références shakespeariennes. Mais si tu le lis, tu verras que tous les films d’anticipation et SF que tu as vus s’y réfèrent d’une façon ou d’une autre.

    – Je n’ai pas lu L’Œuvre au noir. Par contre, je te recommande Les Mémoires d’Hadrien. C’est beau, mélancolique, et c’est plutôt original de lire le “journal intime” d’un empereur de l’Antiquité.

    – Lolita : Attention à la trad, y a des cas d’école sur ce qu’il faut pas faire, avec ce bouquin. Faudrait que je te retrouve mes cours :D Mais le bouquin est assez extraordinaire, en tout cas. Cruel.

    – Ulysse : Comme toi… NON. :D

    – Les Faux-monnayeurs : Il me semble que j’ai bien aimé, je ne suis plus très sûre :D

    – Le Bruit et la Fureur : l’un de mes premiers bouquins lus en anglais, j’ai galéré, mais ce bouquin m’a fait forte impression. Tragédie et décadence d’une famille du vieux sud.

    – L’Amant de Lady Chatterley : Je m’en souviens plus très bien, pareil lu en anglais, mais il me semble que c’est bien !

    – Gatsby : Jamais rien compris à ce bouquin, comme L’Étranger, je peux donc pas te le recommander :D

    Et voilà :)

    • Nathalie dit :

      Merci beaucoup pour ces commentaires ! Ça me donne effectivement plein d’idées sur ce vers quoi me diriger en premier (ma syntaxe est catastrophique depuis quelques jours, désolée ^^ Bon mais comme j’ai corrigé ton “commence par regardé”, on est quitte :D) À mon avis je vais aller traîner du côté de Faulkner pour commencer, et sans doute Yourcenar.

      Enfin ceci dit, faudrait déjà que je termine les bouquins que tu m’as prêtés ! Je n’ai pas encore commencé Hugo et je peine sur Huysmans dont le protagoniste m’est TRÈS antipathique :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Coups de coeur

Lecture aléatoire

Billets par thèmes

Je ne fais pas que raconter ma vie

fanfic Dragon Age 2
nouvelle sur Jack l'éventreur

Cliquez sur les images pour accéder aux textes (alleeeeez !)